Edward Sheriff Curtis : Photographe Ethnologue | The Western Shop

Découverte -

Edward Sheriff Curtis : photographe ethnologue

Edward S Curtis, un nom qui résonne dans l'histoire de la préservation de la culture amérindienne à travers l'objectif de la photographie au début du XXe siècle, a entrepris un voyage remarquable qui a transcendé les frontières de l'expression artistique. Dans cet article, nous plongeons dans la vie, les réalisations, les controverses et l'héritage durable de ce photographe emblématique.

Edward Sheriff Curtis

Les débuts d'Edward S. Curtis

Edward Sheriff Curtis est né en 1868 au cœur d'une région rurale du Wisconsin. Son père, le révérend Johnson Curtis, revenu appauvri et affaibli de la guerre civile, lutte pour subvenir aux besoins de sa famille. Dans un contexte de pauvreté, Edward et ses frères et sœurs endurent parfois plusieurs jours, voire plusieurs semaines, en ne se nourrissant que de pommes de terre. Malgré ces conditions difficiles, le révérend Curtis et son épouse Ellen parviennent à élever dignement leurs quatre enfants, Edward occupant la position du deuxième né.

Peu avant le cinquième anniversaire d'Edward, la famille déménage vers la campagne de Cordova, dans le Minnesota, où son père continue son rôle de prédicateur itinérant. Bien que Curtis ait eu des contacts avec les Amérindiens durant son enfance dans le Minnesota, la vie traditionnelle des autochtones avait déjà cédé la place à des réalités différentes à l'arrivée de sa famille dans les années 1870. A cette époque, aucune indication précise ne témoigne d'une influence significative des Amérindiens sur la vie d'Edward.

Black Man - Arapaho

Black Man - Arapaho

Accompagnant souvent son père dans des voyages pastoraux auprès de fidèles éloignés dans des paroisses peu peuplées, Edward explore les vastes étendues lors de longues randonnées, incluant des excursions fréquentes en canoë. Ces expériences en plein air pourraient bien être à l'origine de son amour pour la nature.

À l'âge de douze ans, après avoir achevé son éducation formelle, Curtis conçoit lui-même un appareil photo. Il utilise une lentille stéréoptique que son père avait rapportée de la guerre de Sécession, quinze ans plus tôt, et dépense 1,25 dollar pour les pièces restantes. C'est ainsi, avec une autodirection précoce, une ingéniosité manifeste, et une indépendance caractéristique de sa vie d'adulte, que Curtis entre sans le savoir dans le monde de la photographie.

Pendant son adolescence, Edward Curtis consacre une grande partie de son temps à la lecture et à l'expérimentation de diverses techniques et concepts photographiques. À l'âge de dix-sept ans, il prend le chemin de St. Paul, MN, où il s'engage comme apprenti photographe. Rapidement, Curtis acquiert une compréhension approfondie des principes fondamentaux de la photographie, devenant ainsi un praticien assidu et dévoué.

Canyon de Chelly, Navajo

Canyon de Chelly, Navajo

Un départ difficile

En 1887, la détérioration de la santé de son père contraint la famille à chercher un climat plus clément, les conduisant vers le nord-ouest du Pacifique en plein essor. L'installation dans la région de Puget Sound, à proximité de Seattle, aura par la suite un impact majeur sur l'intérêt croissant de Curtis pour les peuples autochtones d'Amérique.

Toutefois, dans un premier temps, ses aspirations photographiques demeurent en suspens. La santé défaillante de son père, exacerbée par le voyage, entraîne son décès peu de temps après l'installation. Edward se trouve alors principalement responsable du soutien financier de la famille.

Pendant plusieurs années, la famille endure une existence de subsistance, Edward et son jeune frère Asahel collectant des fruits de mer et récoltant des fruits et des légumes pour joindre les deux bouts. Parfois, des emplois occasionnels se présentent, et en 1890, la famille parvient à acquérir une propriété modeste, marquant ainsi une amélioration significative de leurs conditions de vie.

peuples autochtones d'Amérique

Le guerrier : Nez Percé

Edward S. Curtis crée un studio de photographie

Fidèle à son esprit d'entreprise, Curtis a négocié un prêt en utilisant la propriété familiale comme garantie, investissant rapidement les fonds ainsi obtenus dans un modeste studio de photographie à Seattle. Sa disposition à risquer la sécurité durement acquise par la famille pour concrétiser sa vision témoigne de la force et de la profondeur de sa passion pour la photographie, ainsi que de sa confiance en ses compétences entrepreneuriales.

Deux ans plus tard, une fois parvenu à une stabilité financière minimale, Curtis épouse Clara Phillips, une amie de longue date de la famille. Le couple fonde une famille rapidement, accueillant quatre enfants : Harold, Beth, Florence et Katherine.

Chef Joseph

Chef Joseph 

Edward Sheriff Curtis : photo-ethnographe

En 1896, Edward Sheriff Curtis s'affirme en tant que le photographe de studio prééminent de Seattle, une réussite qui lui confère une nouvelle liberté financière pour s'éloigner des contraintes du studio et se consacrer à sa passion pour les vastes espaces. Ses périples destinés à immortaliser les panoramas spectaculaires des montagnes et des océans de la région le conduisent à rencontrer de petits groupes d'Amérindiens préservant encore certains aspects de leur mode de vie traditionnel. C'est à cette époque que Curtis commence à se plonger dans un sujet qui aboutira à l'enregistrement photo-ethnographique le plus complet jamais réalisé sur les Amérindiens d'Amérique du Nord.

En 1898, Curtis commence à attirer l'attention de la communauté des photographes et du grand public grâce à ses clichés poignants d'Amérindiens. La même année, un événement fortuit vient considérablement changer le cours de sa vie. Lors d'une de ses expéditions alpines, Curtis sauve un groupe d'alpinistes égarés sur le mont Rainier, parmi lesquels figurent plusieurs personnalités nationalement reconnues pour leurs contributions dans les domaines de la conservation, de l'ethnographie indienne et de l'édition.

Princess Angeline

Princesse Angeline

Ces hommes lui témoignent leur gratitude pour son intervention, et plusieurs d'entre eux, dont George Bird Grinnell, manifestent un intérêt professionnel marqué pour son travail photographique. C'est ainsi que Edward S Curtis est invité à prendre part à une expédition scientifique majeure en 1899. Sa participation à cette expédition lui offre une première immersion dans la discipline et les rigueurs de la méthode scientifique.

Cette expédition, orchestrée par le magnat des chemins de fer E. H. Harriman, rassemblait un nombre important de scientifiques, d'ethnographes et de naturalistes parmi les plus éminents du pays. Connu sous le nom d'Expédition Harriman en Alaska, ce périple s'étendit sur près de trois mois et parcourut des milliers de kilomètres entre Seattle et le cercle arctique.

Sugar Bowl-Hupa

Journée brumeuse au Sugar Bowl-Hupa

Le spécialiste des photographies d'Indiens

Au tournant du siècle, alors que son studio de Seattle prospérait, les photographies d'Indiens prises par Edward S Curtis remportaient des distinctions nationales et étaient exposées à l'échelle internationale, ouvrant ainsi de nouvelles voies de revenus et de reconnaissance pour le photographe. C'est dans ce contexte florissant que George Bird Grinnell, souvent considéré comme le père des Blackfoot, invite Curtis à se joindre à lui lors d'une nouvelle expédition à l'été 1900. L'objectif de cette expédition était d'assister à la cérémonie de la danse du soleil dans le Montana.

Grinnell, dont la renommée découle de vingt saisons passées sur le terrain avec les Blackfoot et les Piégans, avait établi une relation de connaissance et de confiance avec ces communautés, offrant ainsi à Curtis une opportunité unique. Cet accès privilégié à des rituels et à des croyances spirituelles amérindiennes marqua profondément la vie de Curtis.

De manière tout aussi significative, les interactions personnelles entre Edward Sheriff Curtis et plusieurs autochtones jouèrent un rôle déterminant. À son retour à Seattle, il ne passa que quelques semaines avant de se lancer dans son premier voyage sur le terrain, autofinancé et autogéré : une exploration dans le Sud-Ouest à la rencontre des Navajos, des Apaches et des Hopis de l'Arizona.

Un coin de Zuni

Un coin de Zuni (village amérindien)

The North American Indian : une œuvre majestueuse

Malgré des difficultés financières persistantes tout au long des vingt-quatre années entre 1906 et 1930, Curtis s'acharne à maintenir son projet à flot. En plus de jouer un rôle central dans la collecte de fonds pour "The North American Indian", il orchestre un programme de conférences et d'expositions exigeant. Il vend activement des tirages originaux de ses photographies et investit massivement dans un long métrage, dans une quête incessante pour soutenir les abonnements décevants aux livres à tirage limité. Entre le début de la Première Guerre mondiale et 1921, ses ressources financières sont particulièrement mises à l'épreuve, laissant le projet quasiment inerte pendant cette période difficile.

Curtis porte une part considérable de la responsabilité de la charge financière colossale du projet. Alors que les exigences logistiques et financières du travail sur le terrain étaient constantes, les dépenses liées à la publication des livres étaient véritablement stupéfiantes. L'artisanat et les matériaux, sur lesquels Curtis insistait avec une intransigeance caractéristique, atteignaient les plus hauts standards de qualité, rendant chaque édition de "The North American Indian" particulièrement coûteuse.

Scène de rue à Zuni

Scène de rue à Zuni 

De plus, Curtis a opté pour le procédé difficile et onéreux de la photogravure pour l'impression des volumes et des portfolios. Ce choix lui permettait d'obtenir des tirages d'une subtilité et d'une beauté exceptionnelles, avec un haut degré d'uniformité, mais chaque série était accompagnée d'un coût significatif, entraînant une baisse notable des ventes. Sur les cinq cents séries initialement prévues, moins de trois cents ont été produites, et seulement deux cent quatorze ont trouvé preneur pendant la période où Curtis était impliqué dans le projet. Les estimations suggèrent qu'il aurait dû vendre quatre cents jeux pour atteindre le seuil de rentabilité.

"The North American Indian" se positionne peut-être comme la publication la plus ambitieuse jamais entreprise par un individu, et elle a été universellement saluée comme un jalon dans l'histoire de l'édition américaine. En 1911, le New York Herald qualifiait ce projet de l'entreprise la plus gigantesque depuis la publication de l'édition King James de la Bible. Malheureusement, le soutien généreux de Morgan, qui dépassait largement son engagement initial, s'est révélé être en quelque sorte une épée à double tranchant.

Inuit en canoë

Inuit en canoë

Bien qu'elle ait fourni à Curtis les fonds nécessaires pour lancer le projet, la générosité de Morgan a également eu des conséquences néfastes en dissuadant d'autres potentiels mécènes de lui apporter leur soutien. Certains ont choisi de retenir leur contribution par jalousie ou animosité envers Morgan, tandis que d'autres ont erronément cru que Curtis n'avait pas besoin d'une aide au-delà de la générosité apparente de ce dernier.

Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Les contributions de Morgan ne couvrent qu'environ trente-cinq pour cent du coût final, obligeant ainsi Curtis à mener une lutte incessante pour trouver des fonds. Ces difficultés ont été exacerbées par la grande panique financière de 1907, qui a eu des répercussions importantes sur les ventes par abonnement de "The North American Indian" et a annulé une grande partie de l'élan initial si crucial pour la réussite du projet.

Sentinelle amérindienne

Sentinelle amérindienne

Les dernières années de la vie d'Edward S Curtis

Intrinsèquement liées à la série de vingt volumes et vingt portfolios de "The North American Indian", les photogravures étaient initialement conçues exclusivement pour cette collection. Cependant, au fil de ses nombreux voyages à travers les États-Unis pour donner des conférences, Curtis s'engage activement dans la promotion d'autres types de photographies originales. En tant qu'artisan exceptionnel de la photographie et imprimeur accompli, il met à disposition du public des tirages individuels dépourvus d'héliogravure, cherchant ainsi à compenser les pertes financières engendrées par la publication de "The North American Indian".

Cache de nourriture

Cache de nourriture, Hooper Bay, Alaska, vers 1929

Edward Curtis, avec sa maîtrise de diverses techniques photographiques acquises au fil de ses expérimentations, crée des marchés pour des photographies produites par différents procédés, incluant des tirages au platine, des tirages à la gélatine argentique, des cyanotypes, des tons d'or, et des tirages coloriés à la main. Ces ventes, bien que n'éradiquant pas complètement les pertes financières, contribuent à atténuer l'impact financier, permettant finalement à Curtis de mener à bien les volumes et les portfolios douze à vingt entre 1921 et 1930.

La détermination inébranlable avec laquelle Curtis poursuit son rêve prend néanmoins un lourd tribut sur sa santé et son bien-être. Après des années d'efforts acharnés, il succombe à une dépression nerveuse et physique en 1930, peu après l'achèvement du projet. Après avoir repris ses forces deux ans plus tard, il passe les vingt dernières années de sa vie à Los Angeles, aux côtés de sa fille bien-aimée, Beth. En 1952, il s'éteint pratiquement inconnu et dans la dénuement financier.

TABLEAU INDIEN AMERIQUE

Conclusion

L'héritage d'Edward S. Curtis est une tapisserie complexe d'art, de controverse et de préservation culturelle. Ses images, à la fois célébrées et critiquées, témoignent du pouvoir de la photographie à façonner les perceptions et à immortaliser des moments dans le temps. En parcourant les nuances de son œuvre, il devient évident que le discours entourant les contributions de Curtis s'étend bien au-delà du cadre photographique.

FAQ

Q : Edward S Curtis était-il amérindien ?
R : Non, Edward S. Curtis n'était pas amérindien. Il était d'origine européenne et est né dans le Wisconsin en 1868.

Q : Quels défis Curtis a-t-il dû relever au cours du projet "L'Indien d'Amérique du Nord" ?
R : Curtis a dû faire face à de nombreux défis, notamment des contraintes financières, des problèmes logistiques et l'ampleur de la tâche consistant à documenter plus de 80 tribus amérindiennes.

Q : Comment Curtis a-t-il contribué à la préservation des langues ?
R : Les efforts de Curtis ne se sont pas limités à la photographie ; il a contribué de manière significative à la préservation des langues indigènes par le biais d'enregistrements et de documentation.

Q : Quel a été l'impact du projet "The North American Indian" sur la vie personnelle de Curtis ?
R : Le projet a eu des répercussions sur la santé et la vie de famille de Curtis, ce qui montre les sacrifices personnels qu'il a consentis pour mener à bien cette ambitieuse entreprise.

Q : Comment l'œuvre de Curtis est-elle perçue dans le contexte moderne ?
R : Les opinions sur l'œuvre de Curtis sont diverses, les discussions allant de l'appréciation culturelle à la critique d'une appropriation culturelle potentielle.

Cet article vous a plu ? N'hésitez pas à partager et à nous dire dans les commentaires vos suggestions pour les prochains articles.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés