Découverte, Indien -

Geronimo, l'un des plus célèbres chefs amérindiens

Geronimo était un chef de guerre Apache qui a mené une résistance contre les États-Unis et le Mexique au XIXe siècle. Il est né en 1829 dans la région de Gila River, Arizona, dans une tribu Chiricahua Apache. Il est devenu un chef de guerre respecté pour sa bravoure et sa résistance à l'occupation américaine de ses terres. Il a mené de nombreuses campagnes contre les forces américaines et mexicaines, utilisant des tactiques de guérilla pour défendre son peuple. Il est finalement devenu une figure emblématique de la résistance indigène en Amérique du Nord.

Geronimo

Enfance et jeunesse de Geronimo

Naissance et éducation

Geronimo est né en 1829 dans la région de Gila River, Arizona, dans une tribu Chiricahua Apache. Il a été baptisé Goyathlay, qui signifie "celui qui tangue" en Apache. Il a grandi dans un contexte de paix relative entre les Apaches et les colons américains et mexicains, et a été élevé selon les traditions et les croyances de sa tribu.

Geronimo a été éduqué dans les pratiques de chasse, de randonnée et de guerre de son peuple. Il a également été initié aux croyances spirituelles et religieuses de son peuple, qui ont joué un rôle important dans sa vie de guerrier. Il a également été formé aux tactiques de guérilla utilisées par les Apaches pour se défendre contre les forces ennemies.

Il a épousé sa première femme à l'âge de 17 ans et a eu quatre enfants avec elle. Sa famille a été massacrée par les soldats américains lors d'une attaque sur sa tribu en 1858, ce qui a eu un impact profond sur sa vie et a probablement contribué à sa détermination à se venger en menant la résistance Apache contre les Américains.

Famille de Geronimo

Premières expériences de guerre

Les premières expériences de guerre de Geronimo ont eu lieu dans les années qui ont suivi le massacre de sa famille en 1858. Il s'est joint à d'autres guerriers Apache pour mener des raids contre les colons américains et mexicains, qui étaient de plus en plus nombreux à envahir les terres ancestrales de son peuple. Il est rapidement devenu un chef de guerre respecté pour sa bravoure et sa ruse dans les combats.

En 1861, Geronimo a participé à une expédition de représailles contre les soldats américains qui avaient massacré sa famille et sa tribu. Il a mené une attaque sur une garnison américaine, tuant plusieurs soldats et capturant des armes et des munitions. Cette action a contribué à renforcer sa réputation de guerrier redoutable.

Guerriers de Geronimo

Le guerrier Apache Geronimo (à droite) et ses guerriers de gauche à droite : Yanozha (beau-frère de Geronimos), Chappo (fils de la 2ème femme de Geronimo) et Fun (demi-frère de Yanozha) en 1886

Dans les années qui ont suivi, Geronimo a mené de nombreux raids contre les colons et les soldats américains, utilisant des tactiques de guérilla pour défendre son peuple. Il était connu pour sa capacité à mener des attaques rapides et dévastatrices, ainsi que pour sa capacité à échapper à la poursuite des forces ennemies. Ces premières expériences de guerre ont renforcé sa détermination à continuer à se battre pour la survie de son peuple et pour protéger ses terres ancestrales.

TABLEAU CHEF INDIEN

Résistance Apache

Les conflits avec les États-Unis et le Mexique

Les conflits entre Geronimo et les États-Unis et le Mexique ont eu lieu dans le cadre de la résistance Apache contre l'expansion des colons et des soldats américains et mexicains dans les terres ancestrales de son peuple. Les Apaches ont utilisé des tactiques de guérilla pour se défendre, menant des raids sur les colons et les garnisons militaires pour se procurer des armes, des vivres et des fourrures.

Les autorités américaines et mexicaines ont répondu en lançant des campagnes militaires pour capturer ou tuer les guerriers Apache, notamment Geronimo. Ces campagnes ont été coûteuses et difficiles, les Apaches étant particulièrement habiles à échapper à la poursuite des troupes en utilisant leur connaissance des montagnes et des déserts de la région. Les combats ont été sanglants et ont causé de nombreux dégâts et morts chez les deux côtés.

Chef Apache Geronimo

Les campagnes militaires de Geronimo

Les campagnes militaires de Geronimo ont eu lieu au cours de la résistance Apache contre les forces américaines et mexicaines dans les années 1870 et 1880. Ces campagnes ont été menées par Geronimo et d'autres chefs Apache pour protéger leurs terres ancestrales et leur mode de vie menacé par l'expansion des colons et des soldats américains et mexicains.

Les campagnes de Geronimo ont été menées principalement dans les régions de l'Arizona et du Nouveau-Mexique, où il était particulièrement habile à utiliser les montagnes et les déserts pour échapper à la poursuite des forces ennemies. Il a utilisé des tactiques de guérilla pour harceler les forces ennemies et les empêcher de s'installer dans les terres ancestrales de son peuple.

Les campagnes de Geronimo ont été difficiles pour les forces américaines et mexicaines, qui ont dépensé beaucoup d'argent et d'efforts pour capturer ou tuer les guerriers Apache. Les combats ont été sanglants et ont causé de nombreux dégâts et morts chez les deux côtés.

Geronimo et Christian Waiche

Geronimo et Christian Waiche

Les tactiques utilisées par les Apaches

Les Apaches ont utilisé des tactiques de guérilla pour se défendre contre les forces américaines et mexicaines. Les tactiques étaient adaptées à leur environnement montagneux et désertique et à leur mode de vie nomade. Les principales tactiques utilisées par les Apaches étaient:

  • Les embuscades : les Apaches tendaient des embuscades aux forces ennemies en utilisant leur connaissance de l'environnement pour se cacher et surprendre l'ennemi.

  • Les raids : les Apaches menaient des raids pour se procurer des armes, des vivres et des fourrures. Ils attaquaient les colons et les garnisons militaires de manière rapide et dévastatrice, et étaient souvent capables de s'échapper avant l'arrivée des renforts.

  • La diversion : les Apaches utilisaient des diversions pour égarer les forces ennemies et échapper à la poursuite. Ils pouvaient par exemple simuler une retraite pour attirer les forces ennemies dans un piège.

CEINTURE COWBOY INDIAN

  • La mobilité : les Apaches étaient des nomades qui se déplaçaient régulièrement pour suivre les troupeaux et les récoltes. Ils utilisaient leur connaissance de l'environnement pour échapper aux poursuites en changeant constamment de lieu de campement.

  • La ruse : les Apaches utilisaient la ruse pour tromper les forces ennemies. Ils pouvaient par exemple simuler une reddition pour piéger les forces ennemies.

Ces tactiques ont permis aux Apaches de maintenir une résistance efficace contre les forces américaines et mexicaines pendant de nombreuses années, malgré leur infériorité numérique et matérielle.

Geronimo avec un bison

Le dernier bison de Geronimo

Capture et captivité

La traque de Geronimo par les soldats américains

La traque de Geronimo par les soldats américains a eu lieu dans les années 1870 et 1880, pendant la résistance Apache contre l'expansion des colons et des soldats américains dans les terres ancestrales de son peuple. Les autorités américaines ont lancé des campagnes militaires pour capturer ou tuer Geronimo et ses guerriers, qui étaient considérés comme des ennemis de l'État.

Les campagnes de traque de Geronimo ont été menées par des unités militaires spécialement formées, qui ont été envoyées dans les régions de l'Arizona et du Nouveau-Mexique pour capturer les guerriers Apache. Les soldats ont utilisé des méthodes de poursuite traditionnelles, comme la reconnaissance à cheval et les patrouilles, ainsi que des méthodes plus modernes, comme l'utilisation de la télégraphie pour communiquer entre les unités et l'utilisation d'aérostats pour repérer les Apaches depuis les airs.

Malgré les efforts déployés pour capturer Geronimo, il a réussi à échapper à la poursuite pendant de nombreuses années. Il a continué à mener des raids contre les colons et les garnisons militaires, utilisant des tactiques de guérilla pour harceler les forces ennemies. Il a finalement été capturé en 1886, après avoir été trahi par un de ses alliés.

camp de Geronimo

Scène dans le camp de Geronimo... avant sa reddition au général Crook, 27 mars 1886 : Geronimo et Natches montés ; le fils de Geronimo (Perico) debout à ses côtés, tenant un bébé.

La captivité de Geronimo et de sa tribu

Geronimo et sa tribu ont été capturés en 1886, après une longue traque par les soldats américains. Ils ont été déportés en prison, d'abord à Fort Marion en Floride, puis à Fort Pickens et enfin à Fort Sill en Oklahoma. 

Geronimo et sa tribu ont été libérés de leur captivité en 1894, mais ils ont été contraints de vivre dans un camp de réserve à Fort Sill. Geronimo est mort en 1909, en captivité.

TABLEAU INDIEN D'AMÉRIQUE

La vie en captivité

La vie en captivité de Geronimo et de sa tribu a été difficile, ils ont été séparés de leurs terres ancestrales et de leur mode de vie traditionnel. Ils ont été soumis à un régime de confinement strict et ont été obligés de renoncer à leurs coutumes et à leurs croyances.

Les prisonniers ont été soumis à des conditions de vie difficiles, avec des restrictions alimentaires et des soins médicaux inadéquats. Les prisonniers ont été confinés dans des quartiers spécifiques, souvent des baraquements en bois avec peu d'intimité, et ils ont été surveillés de près par les gardes. Geronimo et les autres leaders Apache ont été soumis à des restrictions supplémentaires, comme des menottes ou des chaînes, pour empêcher toute rébellion.

En plus de ces difficultés matérielles, la captivité a également causé un grand stress émotionnel et spirituel pour les prisonniers, qui ont été séparés de leurs familles et de leur communauté, et ont été obligés de renoncer à leur culture et à leurs croyances.

Apaches en captivité

Mort de Geronimo

Les dernières années de Geronimo

Les dernières années de Geronimo ont été passées en captivité. Malgré les conditions difficiles de la captivité, Geronimo a continué à se battre pour la survie de sa tribu et à utiliser sa notoriété pour sensibiliser l'opinion publique aux conditions de vie des Apaches en captivité.

Geronimo a également continué à pratiquer ses croyances spirituelles et religieuses en secret, malgré les interdictions imposées par les autorités américaines. Il a également continué à s'intéresser à la politique et à la situation des Apaches, et a fait des efforts pour améliorer les conditions de vie de sa tribu en captivité.

En 1906, Geronimo a été autorisé à quitter le camp de réserve pour participer à une exposition à New York, où il a été présenté comme une attraction pour les visiteurs. Il a également été autorisé à participer à quelques autres événements publics, où il a pu rencontrer des personnalités importantes de l'époque, comme le président Theodore Roosevelt.

Photo de Geronimo

Loup solitaire (chef kiowa) et Geronimo (chef de guerre apache), d'après le livre de 1906 "Geronimo's Story of His Life"

La mort de Geronimo en 1909

Geronimo est mort le 17 février 1909 à l'âge de 79 ans, à Fort Sill, Oklahoma, où il était en captivité depuis 1886. Sa mort est survenue après une longue maladie, et il a été enterré dans un cimetière militaire sur le site de la base.

Au moment de sa mort, Geronimo était considéré comme le dernier chef de guerre Apache, et il était devenu une figure emblématique de la résistance des peuples indigènes d'Amérique du Nord contre l'expansion des colons et des soldats américains. Sa mort a été largement rapportée dans la presse nationale, et il a été reconnu comme un héros par les Apaches et par les défenseurs des droits des peuples indigènes.

Geronimo en 1905

Geronimo en 1905

L'impact de Geronimo sur l'histoire des Apaches et des Amérindiens en général

Geronimo a eu un impact considérable sur l'histoire des Apaches et des peuples indigènes d'Amérique du Nord en général. Il a été un leader de la résistance Apache contre l'expansion des colons et des soldats américains dans les terres ancestrales de son peuple, et il a mené une guerre de guérilla efficace contre les forces américaines pendant de nombreuses années.

Geronimo a été un symbole de détermination et de fierté pour son peuple, et il a continué à se battre pour la survie de sa tribu et à utiliser sa notoriété pour sensibiliser l'opinion publique aux conditions de vie des Apaches en captivité.

coiffe indienne

Il est considéré comme un héros par les Apaches et par les défenseurs des droits des peuples indigènes. Sa mémoire est encore célébrée aujourd'hui par les Apaches et les Amérindiens en général comme symbole de résistance contre l'oppression et pour la préservation de leur culture et de leur mode de vie.

Enfin, Geronimo est devenu un symbole pour les peuples indigènes d'Amérique du Nord, pour leur lutte pour leur survie, leur culture et leur autonomie face à l'expansion coloniale et à l'éviction de leurs terres. Il reste encore aujourd'hui un symbole de résistance et d'orgueil pour les peuples indigènes d'Amérique du Nord.

Résumé

Geronimo était un chef de guerre Apache qui a mené une résistance contre l'expansion des colons et des soldats américains dans les terres ancestrales de son peuple au cours des années 1870 et 1880. Il était connu pour sa capacité à utiliser des tactiques de guérilla pour harceler les forces ennemies et échapper à la poursuite, malgré les efforts déployés pour le capturer. Il a finalement été capturé en 1886 et déporté en prison.

Geronimo a passé les dernières années de sa vie en captivité, mais il a continué à se battre pour la survie de sa tribu et à utiliser sa notoriété pour sensibiliser l'opinion publique aux conditions de vie des Apaches en captivité. Il est décédé en 1909, à l'âge de 79 ans.

Geronimo et ses deux nièces

Le chef Apache Geronimo et ses deux nièces

D'un côté, Geronimo est vu comme un symbole de résistance et de fierté pour les Apaches et les peuples indigènes d'Amérique du Nord, qui ont lutté pour préserver leur culture et leur autonomie face à l'expansion coloniale. Il est considéré comme un leader qui a continué à se battre pour sa tribu et à utiliser sa notoriété pour sensibiliser l'opinion publique aux conditions de vie des Apaches en captivité.

D'un autre côté, certains historiens et militants des droits des peuples indigènes pointent que Geronimo et sa tribu ont également commis des actes de violence contre les colons et les soldats américains, et qu'il n'a pas été un leader pacifique. Ainsi, il est important de prendre en compte l'ensemble des actions et des conséquences pour comprendre l'héritage de Geronimo.

Enfin, il est important de considérer que Geronimo et les Apaches sont des victimes de l'expansion coloniale, de la violence et de la répression de l'Etat.

Découvrez maintenant le célèbre chef Lakota : Sitting Bull

AMÉRINDIENS LES LARMES DE SANG


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés