Tonino Valerii - L'Élève de Sergio Leone | The Western Shop

Bud Spencer, Ennio Morricone, Fernando Sancho, Giuliano Gemma, Henry Fonda, James Coburn, Lee Van Cleef, Mario Brega, Réalisateurs, Sergio Leone, Terence Hill, Tonino Valerii -

Tonino Valerii - L'élève de Sergio Leone

L'âge d'or du western spaghetti italien a été marqué par une série de réalisateurs talentueux, et parmi eux, Tonino Valerii brille comme l'un des maîtres de ce genre cinématographique iconique. Son nom est associé à des films emblématiques, des duels de légende et des anti-héros inoubliables.

Dans cet article, nous allons plonger dans la vie et la carrière fascinantes de Tonino Valerii, en explorant les moments forts de son parcours cinématographique, son influence sur l'industrie du cinéma et son rôle dans la création de certains des westerns spaghetti les plus mémorables de tous les temps. Préparez-vous à découvrir l'homme derrière les scènes d'action légendaires, Tonino Valerii.

Tonino Valerii : débuts et formation

Né en 1934 à Montorio al Vomano, en Italie, Tonino Valerii est un réalisateur et scénariste italien principalement reconnu pour ses réalisations de westerns spaghetti, notamment aux côtés de grands acteurs du genre.

Après avoir étudié au Centre expérimental de cinématographie de Rome, il fait ses débuts au cinéma en 1963 en tant que coscénariste. Il devient quelques mois plus tard l'assistant de Sergio Leone dans deux westerns spaghettis : "Pour une poignée de dollars" et "Et pour quelques dollars de plus". Il réalise trois années après avoir fait ses débuts au cinéma son premier film.

Tonino Valerii - Tournage Mon nom est personne

Tonino Valerii : le réalisateur émergeant

Tonino Valerii réalise son premier film en 1966 avec le western "Lanky, l'homme à la carabine". Il met alors en scène Craig Hill, George Martin ou encore Fernando Sancho dans ce film dont il a écrit l'histoire et le scénario. L'influence du western "Et pour quelques dollars de plus" est manifeste, avec des lieux identiques et quelques scènes, comme le duel entre Lanky et Sanchez, qui semblent calquées sur le modèle de Sergio Leone.

Le spectateur s'habitue alors à suivre l'ennemi à distance avec une technique particulière de caméra, plutôt classique qui, avec les innovations de l'époque, s'avère être nouvelle.

Le Dernier Jour de la Colère : une œuvre psychologique

Deux années plus tard, le cinéaste de la province de Teramo tourne "Le Dernier Jour de la colère". Dans ce western italo-allemand, il met en scène Lee Van Cleef et Giuliano Gemma, dans des rôles de vengeurs des notables de Clifton, petite ville tranquille, et prennent peu à peu le contrôle de la ville avant de s'opposer. Ce film au scénario du réalisateur, mais également de Luciano Vincenzoni et Sergio Leone dispose d'une musique composée par Ennio Morricone et Riz Ortolani.

Le film de Valerii est psychologique et violent, comme il l'avait déjà été "Per il gusto di uccidere" : la bande originale du film de Riz Ortolani, utilisée plus tard également dans "Kill Bill" de Quentin Tarantino, un grand fan du genre, est également restée célèbre. 

Affiche du film "Le Dernier Jour de la colère"

Affiche du film "Le Dernier Jour de la colère"

Texas : une intrigue inspirée de l'histoire

En 1969, Tonino Valerii tourne "Texas", un western spaghetti inspiré de l'assassinat du président John Fitzgerald Kennedy. Il met en scène Van Johnson en tant que gouverneur des États-Unis, représentant James A. Garfield et Giuliano Gemma incarnant Bill Willer, un soldat déserteur protégeant le gouverneur.

Retrouvez l'un des éléments incontournables de tout western : les bottines de cowboy.

Bottines de cowboy

La Horde des Salopards : une épopée de la guerre de Sécession

Trois années plus tard, le réalisateur italien tourne "La Horde des salopards", un western franco-germano-hispano-italien se déroulant durant la guerre de Sécession. Un colonel dégradé et injustement jugé pour trahison, joué par James Coburn, propose de commuter la peine en participant en échange à une mission suicide. Bud Spencer fait également partie du casting et incarne Eli Sampson, l'une des unités du colonel Pembroke pour prendre le fort Holman.

Le film est un mélange d'épopée et de violence, et la présence de deux acteurs emblématiques en fait une expérience cinématographique inoubliable.

Mon Nom est Personne : un hommage au cinéma de Sergio Leone

1973 s'inscrit comme une année clef dans le monde du western. En effet, Tonino Valerii réalise l'un des westerns spaghetti les plus reconnus : "Mon nom est Personne". Il met en scène Terence Hill et Henry Fonda dans un film né d'une idée de Sergio Leone, toujours avec le scénario de Gastaldi, qui se révèle être un véritable hommage au cinéma de Leone et du western en général. 

Un film vendu aux producteurs, comme Leone l'a dit à maintes reprises, en racontant les trois premières minutes, sans savoir comment il allait continuer : le film a été un grand succès auprès du public, il s'inscrit même parmi les trois premiers au box-office de l'année. Jean Martin, Geoffrey Lewis ou encore Mario Brega font partie du casting de ce chef-d'œuvre incontournable.

 

Au cours des dernières années, Valerii s'est principalement concentré sur des fictions télévisées et autres produits pour la Rai. Depuis 1996, il est le créateur et le commissaire de la revue de cinéma Roseto opera prima, dédiée aux nouveaux réalisateurs italiens, qui se déroule chaque été à Roseto degli Abruzzi. En 2003, il a annoncé qu'il préparait un livre sur son maître Sergio Leone.

Conclusion

La carrière de Tonino Valerii est un témoignage de sa contribution remarquable au cinéma italien, en particulier au genre du western spaghetti. Son travail de réalisateur a laissé une empreinte indélébile dans l'industrie cinématographique, et ses collaborations avec des acteurs légendaires comme Clint Eastwood et Lee Van Cleef ont produit des films qui sont devenus des classiques du genre. Valerii était un conteur habile, capable de marier l'action, la tension et la caractérisation de manière magistrale.

Même si Tonino Valerii nous a quittés en 2016, son héritage cinématographique continue d'inspirer les cinéastes et les amateurs de cinéma à travers le monde. Ses œuvres, imprégnées de sa vision artistique unique, sont un rappel durable de la richesse du cinéma italien et de l'influence durable qu'il a exercée sur l'industrie cinématographique.

Lee Van Cleef

Lee Van Cleef

FAQ

Q : Comment Tonino Valerii est-il devenu un réalisateur de renom ?
R : Tonino Valerii a débuté sa carrière comme assistant réalisateur avant de devenir réalisateur. Il s'est fait un nom en réalisant des westerns spaghetti à succès dans les années 1960 et 1970.

Q : Quels sont les moments forts de la carrière de Tonino Valerii ?
R : Tonino Valerii a dirigé des films notables tels que "Le Dernier Face-à-Face" (1967), "Mon nom est Personne" (1973) et "Mon nom est Bulldozer" (1978), qui ont marqué le genre du western spaghetti.

Q : Quel a été l'impact de Tonino Valerii sur l'industrie cinématographique ?
R : Tonino Valerii a apporté sa touche personnelle au genre du western spaghetti en mélangeant des éléments d'action, de suspense et de caractérisation. Ses films sont considérés comme des classiques du genre.

Q : Quels sont les films emblématiques de Tonino Valerii à ne pas manquer ?
R : Les amateurs de westerns spaghetti devraient explorer des films tels que "Le Dernier Face-à-Face," "Mon nom est Personne," et "Mon nom est Bulldozer" pour apprécier le talent de Tonino Valerii.

Q : Comment Tonino Valerii a-t-il évolué tout au long de sa carrière ?
R : Tonino Valerii a montré une grande polyvalence en tant que réalisateur, explorant différents genres cinématographiques, mais restant fidèle à sa passion pour le western spaghetti. 

Retrouvez les plus belles toiles de western dans notre boutique :

 

Cet article vous a plu ? N'hésitez pas à partager et à nous dire dans les commentaires vos suggestions d'acteurs de westerns pour les prochains articles.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés